Forum Zone-Ado.com

Le forum des jeunes francophones de 12 à 20 ans!
Postez vos messages dans les bons forums. Pas de langage SMS.
Si ces consignes ne sont pas respectées, vos messages seront supprimés.

Vous n'êtes pas identifié.

#1 03-08-2014 20:36:51

Hypnotic
Nouveau Zoneur
Age: 19
Date d'inscription: 03-08-2014
Messages: 1

Tentative de roman, tout avis constructif est le bienvenu.

Bonjour/Bonsoir à tous !

Je suis une petite nouvelle qui se dirige sur ses 15 ans. Et pour mon premier post, j'ai pensé qu'il serait sympa de vous faire partager un bref extrait du roman de type fantastique que je tente de rédiger !

Pour résumer, Anna, le personnage principal, déménage et atterrit dans une petite ville morne du Canada où rien ne se passera comme prévu. Elle va se perdre entre réalité et féérie suite à une chaînes d'évènements surnaturels et inexplicables. Elle s'unira à un jeune homme pour qui elle en pince un peu et à son voisin étrange, un bon vivant de la quarantaine, qui a l'air d'en savoir plus sur tous ces faits incroyables. De fait, elles lui ont pris sa femme et sa fille. Ce dernier leur apprendra que des forces maléfiques rodent aux alentours du bois dans lequel elles se sont installées. Et lui enseignera l'art de l'arc à flèche. Avec l'aide d'Iris, une camarade de classe aux dons d’interprétation des signes, ils vivront ensemble bon nombre de péripéties pour comprendre pourquoi le mal s'acharne-t-il sur eux et finalement l'anéantir. (Que pensez-vous déjà du contexte de base ? Est-ce entraînant ou trop mou ?)

Bon, et l'extrait qui suit raconte le moment où Anna va rencontrer son loup géant, un fidèle compagnon que les forces pures lui offrent pour l'aider dans son aventure (oui parce qu'il y a également des forces positives, là pour les aider. Les forces en général se manifestent soit par des signes (ombres ; hallucinations ; animaux au comportement inexpliqué) ou carrément par la rencontre de quelqu'un qui personnifie la force en question). La veille lorsqu'elle se dirigeait vers son arrêt de bus, elle avait déjà remarqué quelque chose la suivre et aperçu son regard parfaitement blanc. Voilà voilà, je vous donne enfin cette bribe de texte !

En rentrant chez moi, j’eus une forte impression de déjà-vu. Ces sentiments sont un dysfonctionnement du cerveau pendant un millième de seconde. Ce n’était pas la faute de mon système cérébral, j’étais bien en train de revivre un instant semblable à la matinée de la veille. Là, dans les buissons, quelque chose marchait avec moi. A la même vitesse que mes pas sur le trottoir. J’entendais son cœur battre à un rythme qui n’était pas humain, plus rapide. Sa respiration, plus puissante. La silhouette était massive, à quatre pattes, mais à peine plus basse que la mienne. Elle laissait derrière elle un petit sentier de branches cassées et de feuillage écrasé. Devais-je avoir peur ? Avec l’arc presque toujours sur mon dos depuis que je m’étais découverte ce talent, je me sentais protégée. Cela me permit de pénétrer dans la broussaille sans craindre ce qui pouvait s’y cacher. Il y faisait plus froid, comme si des heures avait passé et que la nuit était à sa période la plus fraîche. Celle-ci me désavantageait par sa brume et ses ténèbres, je ne pouvais voir plus loin qu’un pied devant moi.
-    Montre-toi … regard immaculé.
La créature, bien plus imposante que moi, bondit sur mes épaules, m’étala dans la boue et me domina, ses canines bien en évidence. Un loup. Un loup géant. Cette légende du Moyen-Âge, ce monstre qui terrifiait la populace. Au premier coup d’œil, il n’était pas de bonne humeur. J’attrapai non sans difficulté le canif qui se trouvait sous ma veste et je lui perforai l’abdomen. Je laissai le couteau dans sa chair afin de l’affaiblir plus encore. Cela me permit de me libérer de son emprise et de prendre immédiatement la fuite pendant qu’il hurlait. Je n’étais pas de taille.
Son pelage était noir comme la nuit qui m’entourait, de cette façon, je ne pouvais repérer que la blancheur de ses yeux. Au premier arbre, je me hissai dans le feuillage afin de le semer. Finalement, je m’étais prise à mon propre jeu, je l’avais perdu de vue tandis que lui savait où je me dissimulais. Il rôdait autour de moi, je ne pouvais pas le voir mais je me doutais de sa présence. Lui savait que je ne pourrais rester camouflée indéfiniment. La branche qui me supportait commença à grincer. Signant mon arrêt de mort, elle céda, dans un boucan qui, même s’il me restait une chance de passer inaperçue, l’avait réduite à néant. La chute fut rude, si bien que ma cheville n’en sortit pas indemne. J’étais fichue, ne pouvant plus me relever, je plaquai mon dos au tronc afin d’avoir un champ de vision le plus large possible. Ma situation était minable. Je préparai une flèche, c’était mon dernier espoir. Là, le branchage frissonna et ma flèche démarra aussitôt. Je n’avais rien touché, j’étais si anxieuse que mes mains tremblaient. La bête, qui m’arrivait à l’épaule quand j’étais debout et me dépassait une fois assise, jaillit par ma droite. Sans doute, elle m’aurait tout d’abord transpercé de ses griffes acérées et ensuite égorgée pour en finir. Mais avant qu’elle ne m’écrase de tout son poids, je plaçai à hauteur de mon ventre une flèche bien serrée entre mes mains. Dans son élan, le loup ne put s’arrêter. N’étant pas sûre de mon coup, je n’étais pas entièrement débarrassée de ma peur. Je tournai mon visage et fermai mes yeux, afin de ne pas faire face à la scène qui suivit. Ses muscles se languirent à la seconde où il s’empala de ma flèche. Son souffle devint éraillé. Et quelques fines goutes du liquide putrescent qui coulait dans ses veines, semblable à celui que j’avais dégueulé quelques jours auparavant, parsemèrent mon visage. Je m’extirpai de son poids par mes dernières forces. Et inversant les rôles, je me mis au-dessus de l’animal blessé. Et car même lui qui voulait ma mort ne méritait pas de périr lentement, je lui tranchai la gorge.

Un doux tintement, comme celui d’une clochette, se glissa à mon oreille. La carcasse de mon adversaire se brisa en milliers d’éclats de cristal obscur. Quelques-uns pénétrèrent la peau de mes bras, de mes jambes et de ma joue. A bout de force, je tombai sur le tapis de verre, blessant encore mon dos. J’entendis alors une jérémiade aiguë. A mes pieds stagnait du sang qui n’était pas le mien. Une petite boule de poils blancs tachés de rouge tentait de se mettre sur ses quatre pattes. Un louveteau avait éclos parmi les brisures et remplacé le loup géant. Il tourna vers moi ses petits yeux incolores à peine ouverts, de la même transparence que ceux de celui que j’avais abattu et entreprit de venir dans mes bras.                                                                                                   C’était un miracle. Une récompense pour mon combat acharné. Un trophée pour avoir survécu. Une vie pour une autre. Une fin pour un commencement.
La douce chaleur du petit être se joignit à ma poitrine. Lui aussi souffrait, il était primordial de trouver de l’aide. Je ne savais plus où puiser mes dernières forces, j’étais vidée d’énergie, sale et blessée. La douleur m’assomma et bien que ce ne fût pas le moment, le sommeil m’engloutit.


Voilà, l'extrait à été choisi au hasard, je ne sais même pas si j'en suis satisfaite ou non, raison de plus pour demander vos avis et conseils. J'espère que cet échange m'enrichira, merci en tous cas d'avoir lu la tartine !

Dernière modification par Hypnotic (03-08-2014 21:27:57)


L'imagination est la seule arme qui m'empêche de sombrer en ce monde.

Hors ligne

 

#2 10-06-2016 20:21:43

lilou51
Nouveau Zoneur
Age: 15
Date d'inscription: 26-02-2016
Messages: 3
Réputation : 0

Re: Tentative de roman, tout avis constructif est le bienvenu.

C'est une très belle histoire.Et pour écrire un livre, tu dois faire une énorme tartine ! Bonne chance pour l'écriture de ce livre.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2007 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr